• 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages

Plus qu’une transformation, le retail est en pleine révolution. En cause : l’accès à de nouvelles technologies qui changent drastiquement les besoins et attentes du consommateur au cours de son processus d’achat. Voici les 10 tendances digitales retail qui sont ou deviendront sous peu les plus influentes du secteur.

 

 

Le web-to-store désigne l’ensemble des actions qui vont amener le consommateur en magasin. Ainsi, chaque semaine, 88% des consommateurs achètent en magasin. Mais avant de se rendre en réseau physique, ceux-ci cherchent à tirer profit des possibilités offertes par le web. Que ce soit en termes d’informations sur des points de vente ou, directement, sur des produits. L’intérêt est donc le suivant pour un magasin : pousser un internaute sur le web à devenir un client physique. 

Le click-and-collect est un exemple parfait de technique « web-to-store ». L’idée est de passer commande sur le web pour ensuite se rendre en magasin pour retirer celle-ci. Autre exemple : la visibilité de certaines marques étant très fortes sur le web, les promotions ou codes promo disponibles sur internet peuvent être, aussi, des aimants à clients physiques.

 

 

 

Les consommateurs semblent, aujourd’hui, prêts à se laisser tenter par la réalité virtuelle. Que ce soit pour visualiser un nouveau meuble dans un appartement, pour essayer rapidement un vêtement ou encore pour simplement faire du lèche-vitrine.

De nombreux exemples sont existants, notamment celui d’IKEA. La firme suédoise propose à ses clients de s’équiper d’un casque de réalité virtuelle et de s’abandonner dans plusieurs pièces virtuelles. Le dispositif est, actuellement, étendu à de nombreux points de vente.

En France, Décathlon a aussi tenté l’expérience, en proposant à ses clients de tester des tentes. Le dispositif, là-encore, est en train d’être étendu à l’ensemble du parc français.

 

 

 

Ils sont désormais 96% des retailers à avoir intégrer le mobile à leurs stratégies marketing. Si, pour l’instant, les sites optimisés pour le mobile semblent avoir la côte dans le secteur, les applications devraient se démocratiser. La puissance et la simplicité d’utilisation de celles-ci séduit particulièrement les consommateurs.

Quoi qu’il en soit, le m-commerce est définitivement un enjeu primordial dans la survie des retailers. En effet, celui-ci ne cesse de se développer dans les pratiques d’achats des consommateurs.

 

 

 

 

C’est une des tendances digitales retail du futur : les robots. Les robots humanoïdes ne sont pas encore très répandus dans le retail mais cela ne devrait pas tarder. Des salons sont même organisés à cette attention tant le sujet est brûlant. Actuellement, c’est le robot japonais Pepper de la SoftBank Robotics qui a la côte. En effet, celui-ci a déjà été vendu à des dizaines de milliers d’exemplaires à travers le monde.

Enfin, autre innovation majeure, le chariot-robot qui pourrait révolutionner l’expérience en magasin dans les années à venir. Équipé de capteurs infrarouges, il sera capable de suivre un client dans un magasin tout en portant les précédents achats de celui-ci. 

 

Ce fut une des grandes tendances digitales retail de 2017 et elle ne semble pas s’estomper. Et le retail n’y faisant pas exception, c’est donc de très nombreux services clients qui se sont vus agrémentés de robots conversationnels.

L’utilisation des chatbots peut rentrer par la suite dans une stratégie d’attirance de clients en web-to-store. L’exemple d’utilisation de Whole Foods Market, première chaîne américaine de supermarchés bios des États-Unis est, ici, parfait. En effet, le groupe a mis en service un véritable robot cuisinier qui propose aux clients, sur Messenger, des recettes de cuisine. Le principe est simple. Les internautes n’ont qu’à envoyer des emojis correspondants aux denrées dont ils disposent. Le chatbot se charge, ensuite, de proposer une recette en intégrant ces contraintes.

 

 

 

Les bornes interactives sont véritablement des dons du ciel pour les magasins physiques. D’abord, puisqu’elles permettent d’automatiser une partie du travail des vendeurs qui peuvent, ainsi, se concentrer sur l’écoute et le conseil. Puis, car celles-ci confèrent à une marque utilisatrice des expériences valorisantes pour ses clients. En effet, de nombreux stratagèmes sont possibles pour informer, faire rêver et diriger le client durant son acte d’achat. Oui, car la principale force des bornes interactives, c’est qu’elles œuvrent juste avant, voire pendant l‘acte d’achat du consommateur. 

Prenons, ainsi, l’exemple de Undiz, qui, à Toulouse, a mis en place des bornes interactives permettant de commander des sous-vêtements pour les essayer. Ceux-ci arrivaient ensuite jusqu’au consommateur via des tubes reliant les bornes et la réserve en quelques secondes. Expérience d’achat GARANTIE !

 

 

 

L’arrivée de nombreuses solutions (bornes, mobile …) facilitant le paiement en réseau physique a permis aux conseillers de vente de se focaliser sur une tâche à plus forte valeur ajoutée : la participation à l’expérience client. Leur rôle devient même central dans l’élaboration de celle-ci.

Aussi, via des applications sur smartphones ou encore des logiciels, ils peuvent avoir accès à l’historique d’achat d’un consommateur. Il pourra ainsi lui proposer des articles plus ciblés et plus pertinents. Le “vendeur augmenté”, une des tendances digitales retail sûre !

 

 

 

Au rayon des innovations de théâtralisations, les hologrammes semblent tenir le bon bout. Carrefour est déjà en train de tester cette solution. Dans deux de ses magasins aux Ulis (91) et à Chambourcy (78), l’enseigne a mis au point des technologies d’hologrammes afin de présenter ses produits connectés.

Cette solution à base de LED permet de projeter une image 3D du produit et ainsi d’expliquer les caractéristiques et le fonctionnement de ce même produit aux consommateurs. Cette PLV retail est une technologie qui intéresse de plus en plus les grands acteurs du retail en France et dans le monde. Là-encore une des grandes tendances digitales retail de demain.

 

 

 

Il apparaît aujourd’hui difficile de faire du retail sans utiliser de bases de données et sans récoler cette précieuse data. Si la complexité de la mise en œuvre de la récupération des données semblent freiner les ardeurs de quelques retailers, nombreux sont ceux qui ont franchi le pas, et, très souvent, avec succès. En cause, les enjeux primordiaux liés à la récole de données et à leurs utilisations. 

En effet, la récupération de données ainsi que son bon traitement permettant d’améliorer l’offre et de mieux définir des prix. Cela améliore également le parcours client ainsi que l’expérience en découlant. Sans oublier une meilleure gestion des stocks ainsi qu’une communication optimisée. Bref, vous l’aurez compris les avantages de la récupération de données dans le retail sont depuis bien longtemps une nécessité dans le secteur. 

 

 

 

Enfin, et c’est une des principales tendances digitales retail de ces dernières mois voire années. Le phygital. Cette expression désigne l’ensemble des innovations digitales apportées sur un point de vente physique. En effet, il s’agit de digitaliser un magasin pour en faire un hub numérique et ainsi améliorer considérablement l’expérience client.

L’exemple le plus commun et le plus parlant se situe dans la multiplication d’écrans géants dans les lieux de vente. Les marques diffusant massivement leurs publicités, actions promotionnelles et informations sur les produits phares.

 

 


  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages